NATURE ET POÉSIE – CYCLE D’ÉCRITURE POÉTIQUE AVEC LA NATURE

Public : élèves de cycle 2 et 3.

Effectif : une à deux classes par cycles selon les capacités d’encadrement des classes.

Équipe d’animation : Deux à trois animateurs selon le nombre de classes impliquées.

Nombre et fréquence des ateliers : de 6 à 8 ateliers d’1h30

Démarche :

L’Annexe propose un cycle d’écriture poétique en lien avec la nature pour les élèves de CE1 à 6ème en adaptant les contenus selon les niveaux de classe bien entendu.

A travers le lien avec la nature, il s’agit de permettre aux élèves d’expérimenter l’écriture d’une grande variété de formes poétiques, collectivement et individuellement, à travers un panel de jeux, de pratiques ludiques et coopératives où la nature devient outil de parole, de dialogue, d’inspiration et de création individuelle et collective pour écrire de la poésie.

Il s’agit également de faire découvrir aux élèves la place que la nature joue dans la création poétique depuis toujours et jusqu’à aujourd’hui, qu’elle est un matériau de créativité infini et qu’elle inspire une œuvre multiple et foisonnante qui traverse les cultures et les générations.

Il s’agit enfin, à travers cette matière créative, de convoquer le regard et la parole des élèves sur leur environnement et sur la place que la nature tient dans leur vie, de ce qui fait nature pour eux et comment ils l’envisagent comme matière vivante à sauvegarder.

Le jeu et la coopération sont les deux axes pédagogiques que privilégient l’Annexe pour permettre aux enfants d’être le plus à l’aise avec la poésie.

Les consignes d’écriture que nous créons ou que nous réemployons permettent d’abord aux élèves de jouer avec les mots, les phrases (vers) et les textes (poèmes) de la poésie, en les abordant comme un matériau de jeu afin de s’y confronter de la manière la plus décontractée et la plus ludique possible, à travers un panel de jeu qui le permet.

Elles permettent également aux élèves de jouer et surtout de déjouer les principes habituels de la poésie que sont les rimes, le rythme, les assonances et autres techniques qui parfois enferment, figent, pour les déplacer, les désorganiser, les recréer et finalement se les ré-approprier.

Il s’agit surtout et enfin que les enfants saisissent que le sel de la poésie, c’est d’abord eux-mêmes, ce qu’ils portent en eux, leurs goûts, leur regard sur le monde, et qu’elle devient vivante au contact de celle des autres, des textes consacrés comme des mots de leurs camarades et du monde qui les entoure.